Quels traitements pour les enfants entre 5 et 11 ans ?

Le rôle des parents

Voici quelques conseils importants qui peuvent contribuer à prévenir les malpositions dentaires et les dysmorphoses maxillaires :

  • Si votre enfant veut sucer ses doigts, donnez-lui plutôt une sucette physiologique. Elle peut toujours lui être enlevée un jour, plus facilement que le pouce.
  • Observez votre enfant lorsqu’il mange, déglutit ou parle.

Le fait de mordre ou de sucer les lèvres, d’avoir une fonction linguale perturbée ou de mauvaises habitudes de déglutition peut conduire à des malpositions des arcades dentaires et à des troubles de la phonation.

La persistance d’une respiration buccale peut vous amener à consulter éventuellement un oto-rhino-laryngologiste (O.R.L.).

  • Contrôlez régulièrement l’évolution des dents « de lait » et des dents définitives, particulièrement les premières molaires qui poussent vers 6 ans. La succion d’un doigt peut provoquer « une béance » (les dents inférieures ne viennent pas en contact avec les dents supérieures lors de la fermeture de la bouche).

 

Observez votre enfant lorsqu’il serre les dents

  • si vous constatez un décalage entre les arcades, il y a lieu de consulter votre spécialiste en orthopédie dento-faciale, afin d’éviter des complications qui pourraient aller jusqu’à une intervention chirurgicale ;
  • si la bouche est de biais lorsque les dents sont en contact, on est en présence d’une « occlusion croisée » du fait de la déviation du maxillaire inférieur. Une telle déformation peut provoquer des troubles et des douleurs de l’articulation à l’âge adulte.

Le conseil d’un spécialiste qualifié en orthopédie dentofaciale vous sera toujours utile : un traitement précoce peut s’avérer nécessaire et suffisant pour que la denture se développe sans problème majeur.

 

D’autre part, il est indispensable d’entretenir une denture temporaire saine

Seuls des soins dentaires systématiques peuvent apporter une garantie et ceci dès le plus jeune âge. L’apport de fluor à l’émail par des comprimés, du sel fluoré ou des pâtes dentifrices est d’un précieux secours. Une visite tous les 6 mois chez le chirurgien dentiste généraliste s’impose, même pendant le traitement d’orthopédie dento-faciale, afin de veiller au maintien d’une bonne santé dentaire.

 

Comment cela se passe ?

1/Traitement de prévention

En denture temporaire vers 6/8 ans

Des anomalies de développement des bases maxillaires ou des habitudes néfastes (succion des doigts par exemple) peuvent expliquer ces traitements précoces. Ces cas peuvent nécessiter plus tard un suivi complémentaire.

 

2/Phase d’interception

En denture mixte vers 8/11 ans.

C’est la période de cohabitation des dents dites « de lait » et des premières dents définitives. C’est le moment où la plupart de nos patients viennent nous consulter.

On peut :

  • simplement extraire les dents de lait.
  • fixer un appareil au palais.
  • poser un appareil amovible sur chacune des deux mâchoires. Ces appareils répondent très précisément au problème de l’enfant. Aucun appareil ne se ressemble. Voir : "les traitements précoces"

 

Les appareils amovibles

Le spécialiste en orthopédie dento-faciale conçoit un appareil adapté à chacun de ses patients et le fait réaliser en résine ou en matériau élastomérique.

Quelques précisions sur ces appareils amovibles qui répondent chacun à des problèmes bien spécifiques.

Certains appareils doivent être portés en permanence (sauf pendant le brossage des dents). Respecter cette consigne est essentielle pour un résultat efficace et rapide ; d’autres appareils pourront être retirés pour les repas.

 

Cas particulier : L’appareil fonctionnel

L’appareil posé est choisi par l’orthodontiste avec une extrême précision. Chaque cas nécessite un suivi médical particulier. Des réglages précis et réguliers doivent être effectués. Plusieurs types d’appareils existent et les indications sont très précises. Suivant le type d’appareils choisi, l’appareil est porté plus ou moins longtemps, le nombre d’heures par jour varie également d’un appareil à l’autre. Chaque appareil ayant un protocole très précis, il est très important que des explications soient données aux parents et au patient encore très jeune. La coopération doit être totale pendant toute la durée du traitement.

En effet, la deuxième étape, qui consiste le plus souvent en une simple surveillance, est également très importante. Elle doit être respectée et ne pas être considérée comme la fin du traitement !

L’intérêt de cette prise en charge précoce est de réduire la difficulté de ces traitements complexes et qui ne peuvent que se compliquer au fil du temps. Ce sont ces cas qui nécessitent souvent une intervention chirurgicale s’ils sont pris en charge trop tard par l’orthodontiste qualifié. ( fin de l’adolescence ou adulte)

Ce type de prise en charge précoce demande une grande coopération de la famille qui accepte de soutenir l’enfant dans ses efforts. Des séances de motivation et d’explication sont indispensables La période de surveillance bien que sans appareil apparait souvent comme faisant partie du traitement actif. La lassitude peut s’installer et il est indispensable que la confiance soit totale et la compréhension maximale pour aller jusqu’au bout de ces traitements au long cours. Tous les praticiens ne pratiquent pas ce type d’orthodontie précoce. Si votre enfant semble devoir en bénéficier, questionner l’orthodontiste sur ses choix de traitements. voir : le cas de Raphaël.

 

3/Période de surveillance

Dans ces cas de traitement d’interception, une période de surveillance fait suite à cette phase d’interception. Elle va permette de surveiller l’évolution des dents et des mâchoires. Cette période peut être longue, mais une visite tous les 4 à 6 mois est nécessaire. Sa durée dépend de l’éruption des dents définitives. Ces visites sont indispensables. L’important est de ne pas se lasser, de maintenir le contact et d’être à l’écoute des explications de l’orthodontiste qui décidera de la reprise du traitement.( voir le thème : « Croissance – Dents – Mâchoire ».)

 

4/« Votre orthodontiste spécialiste travaille en étroite collaboration avec

  • Votre chirurgien dentiste, pour soigner d’éventuelles caries, extraire des dents de lait si nécessaire pour la bonne évolution de la denture.
  • Les oto-rhino-laryngologistes : en détectant précocement les problèmes d’obstruction nasale, de respiration buccale due à des végétations trop développées, ou d’amygdales hypertrophiées.
  • Les kinésithérapeutes, les orthophonistes, voire les phoniatres : en demandant une éducation de la déglutition, de la phonation ou de la respiration nécessaire à un équilibre fonctionnel de la sphère oro-faciale.
  • Votre médecin, votre pédiatre ou tout autre spécialiste : pour le développement harmonieux de votre enfant lors de cette période essentielle de l’enfance et de ses apprentissages.

 

Les possibilités thérapeutiques de l’orthodontie couvrent la période allant des premiers jours de la vie jusqu’à l’âge adulte le plus avance. Le spécialiste en orthodontie est de nos jours en mesure - surtout en cas de consultation précoce – d’obtenir des résultats thérapeutiques encore inconcevables il y a une quinzaine d’années.

Texte conçu et réalisé avec le SSFODF (syndicat des spécialistes français en orthopédie dento – faciale)

Thème:

Retour en arrière