Les appareils invisibiles sont-ils adaptés aux adolescents et à leur style de vie ?

Frédérique Aloé Tavernier, Orthodontiste et membre de la FFO

 
Les innovations en orthodontie sont constantes et permettent de proposer des systèmes de plus en plus confortables et discrets. Parmi elles, les appareils « invisibles » se sont particulièrement développés ces dernières années. Les patients en connaissent l’existence et en parlent spontanément lors des consultations.
S’ils ont été conçus, à priori, pour répondre aux besoins des patients adultes, force est de constater que les adolescents et leurs parents sont également très demandeurs de ce type de techniques.
Parce que notre société évolue en ce sens, les parents souhaitent une moindre altération de l’image de leur enfant et exigent donc souvent le meilleur de la technologie et ce dans tous les domaines.
 
L’adolescence est une période parfois psychologiquement difficile à passer, durant laquelle l’apparence est importante. 
 
Pour autant, un traitement d’orthodontie demande toujours l’acceptation de quelques contraintes et surtout une motivation ainsi qu’une adhésion du patient garantes de la réussite. 
 
Il ne s’agit pas uniquement de redresser les dents mais également d’améliorer certaines fonctions et  de corriger des décalages entre les mâchoires. Cela implique l’utilisation d’autres auxiliaires, comme les fameux « élastiques » qu’il faut porter jour et nuit. Les orthodontistes peuvent également utiliser des « minivis » qui sont des implants transitoires aidant le praticien lors de déplacements dentaires complexes.
 

L’orthodontiste peut proposer à nos ados deux techniques invisibles ou presque invisibles :

 
La technique linguale
Les attaches sont posées derrière les dents et ne se voient donc pas. La technique est coûteuse, l’inconfort un peu plus important car la langue peut être plus facilement blessée. Le brossage se doit d’être extrêmement minutieux et il est pourtant moins aisé. Les contraintes alimentaires sont toujours présentes car il faut éviter de décoller les attaches pour ne pas faire durer inutilement le traitement. Ce type d’appareil s’adresse à un patient certes désireux d’une totale invisibilité de son traitement, mais impérativement mature et conscient des enjeux. Pour des raisons techniques, les attaches linguales sont proposées aux adolescents dont les dents définitives sont évoluées hormis les dents de sagesse.
 
Les gouttières transparentes
Elles sont « quasi » invisibles mais plus coûteuses que les attaches traditionnelles visibles. Confortables, les risques d’irritations ou de blessures sont minimes.  Les forces utilisées sont choisies par l’orthodontiste ce qui permet des mouvements contrôlés.
Le brossage est aisé car il se fait sans les aligneurs. L’alimentation est également facilitée car les appareils sont enlevés pour les repas. Il n’y a plus de recommandations particulières pour ne pas décoller les attaches !
 

Quelques règles indispensables à respecter :

 
  • Les gouttières doivent être portées jour et nuit et enlevées uniquement pour le brossage des dents et les repas. 
  • Il faut les remettre impérativement après un brossage soigneux qui élimine débris et colorants alimentaires.
  • Il ne faut pas les perdre, ni les casser
  • Il faut respecter scrupuleusement les consignes données par l’orthodontiste.
  • Les auxiliaires cités plus haut  sont également nécessaires, le port d’élastiques toujours aussi indispensable. 
  • L’utilisation des minivis fait également partie des aides thérapeutiques.
 
Cette technique doit être considérée comme un outil supplémentaire à disposition du praticien, qui sera responsable du plan de traitement et des objectifs proposés à chaque patient. 
 
Comme pour la technique linguale, le patient doit être sérieux et impliqué. 
 
En effet, le caractère amovible de ce type de système fait craindre à beaucoup de parents et d’orthodontistes une négligence du patient qui ferait échouer le traitement.
Il semble que, pour l’instant, les gouttières transparentes soient plutôt plébiscitées par les adolescents qui y voient des avantages par rapport à leurs camarades porteurs d’attaches visibles.
 
Il est absolument nécessaire et obligatoire, quel que soit le type de traitement de bien expliquer les avantages et les contraintes afin d’obtenir l’accord total des parents et du patient. 
 
Dans le cas particulier des gouttières transparentes, il est préférable de réserver l’indication à des enfants d’au moins plus de 12 ou 13 ans. Il faut qu’un certain nombre de dents définitives soient présentes.
 
On peut toutefois craindre qu’une généralisation de cette technique entraîne une banalisation qui fasse perdre de vue à nos patients que l’orthodontie est une thérapeutique médicale qui nécessite de l’implication et de la rigueur.
Il reste du devoir du spécialiste d’apporter une information complète et loyale sur chaque technique et de savoir le cas échéant ne pas entamer ou interrompre un traitement si le patient ne peut ou ne veut pas en supporter les contraintes.
 

Retour en arrière